Deuxième Partie : Différents Composants et effets du Coca-Cola sur l’organisme humain.

Publié le par Coca-Cola

II nd Partie

 

Différents Composants et effets du Coca-Cola sur l’organisme humain.

  • 1. Le Saccharose
  • 2. L’Acide Phosphorique
  • 3. L’Aspartame
  • 4. Caféine


Dans cette seconde Partie, nous etudierons la composition de la recette du Coca-Cola en explicitant les risques et les qualités nutritives de la boisson sur notre organisme pour  chacun des composants principaux.




Le Saccharose


saccharose.gif
 


Le saccharose est un glucide de formule brute C12 H22 O11 . C’est un disaccharide, c'est-à-dire qu’il est composé de deux sucres simples : Lors de la digestion, l’hydrolyse du saccharose forme du glucose et du fructose.

C12H22O11  (saccharose)  +   H2O (eau)       C6H12O6  (glucose) + C6H12O6   (fructose)


Le Coca-Cola Classique contient une grande quantité de saccharose : 110 g/L soit 22 morceaux de sucres pour 1 L de boisson. Trop de Coca-Cola signifie trop de saccharose, donc trop de sucre.
Le sucre à grande dose peut avoir des effets très nocifs sur la santé, notamment au niveau des dents principalement mais également au niveau du sang. L’excès de sucre est donc communiqué à tous les organes.


 
image006.gif



A) Au niveau dentaire

Le saccharose est un des aliments les plus cariogènes. La consommation de coca-cola favorise l'apparition des caries à cause du saccharose qu'il contient et de ses acides. L'émail des dents étant constitué de matière ionique (Hydroxyapatites : Ca10(PO4)6(OH)2 ) il est facilement détérioré par les acides. Les caries sont dues principalement aux " attaques " des bactéries. Celles-ci se nourrissent de sucres et libèrent des acides déstabilisant la structure de l'émail dentaire. Les acides ainsi rejetés entrainent une diminution du pH de la plaque dentaire et une déminéralisation de l’email. Le Coca-Cola ayant une teneur particulièrement élevée en sucre (l'équivalent de 4 à 5 sucres dans un verre), il favorise donc considérablement l'action de ces bactéries. L'action combinée des acides et du sucre provoque l'affaissement de l'émail dentaire et favorise la carie.

 
TPE-3.JPG


B) Au niveau glycémique

Lors d’une absorption d’une grande quantité de saccharose, le taux de glucose dans le sang également appelé glycémie augmente. Cette glycémie ne doit pas dépasser une certaine valeur (5,8 mmol.L-1 ). Lorsque cette valeur est dépassée, l’insuline entre en jeu.
L’insuline est une hormone sécrétée au niveau du pancréas (= glande de l’appareil digestif) constitué de petits de petits îlots : les îlots de Langerhans. Ce sont les cellules des ces îlots qui produisent l’insuline.
Le rôle de l’insuline est de stocker le glucose dans l’organisme sous formes de glycogènes et de lipides (notamment dans le foie et dans les muscles).
Plus le taux de glucose dans le sang est élevé, plus les cellules deviennent dépendantes a l’insuline. L’hormone devient donc moins efficace.
Concrètement, il y a moins de glucose stocké et donc plus de glucose dans le sang, ce qui entraine diverses maladies telles que le diabète (hyperglycémie). Les diabétiques doivent donc s’injecter des doses d’insulines via seringues pour réguler le taux de glucose dans le sang.

Le saccharose présent dans le Coca-Cola favorise donc deux maladies principales : l’hyperglycémie (diabète) et le surpoids.

 
TPE-4.JPG
 
coca_2r.jpg
Boire une canette de Coca-Cola d’une contenance de 33 cl  revient à manger environ 7 morceaux de sucres





L’Acide Phosphorique


TPE-5.JPG
 

    L’acide phosphorique, également connu sous le nom d’acide orthophosphorique est un triacide, c'est-à-dire que c’est un composé qui possède trois fois la fonction acide. On le retrouve dans les couples acido-basiques suivants :


  H3PO4 / H2PO4                                        
       H2PO4- : ion dihydrogénophosphate



   H2PO4-/ HPO42-                                        
    HPO42- : ion hydrogénophosphate             




         HPO42-/ PO43-                                                
               PO43- : ion phosphate
                                      

C’est également un oxacide, car la molécule de l’acide phosphorique contient de l’oxygène (O). Il existe sous diverses formes : liquide, incolore, visqueuse, sirupeuse. On l’obtient par traitement de minerai de phosphate ou alors par combustion de phosphore. Il est très fréquemment employé dans les laboratoires car il résiste à l’oxydation, à la réduction et à l’évaporation. Il est également employé dans les boissons sucrées telles que le Coca-Cola, Pepsi et autres sodas au cola.
 L’acide phosphorique a été utilisé dans le Coca-Cola pour deux raisons principales :
  - Il est utilisé comme agent acidifiant par l’entreprise Coca-Cola, ce qui apporte à la boisson son côté acide et rafraîchissant.
  - A ses débuts, Coca-Cola pouvait compter sur cet acide car il était très facile à se procurer et il était bon marché.
Mais à dose importante et associé à d’autres éléments chimiques, l’acide phosphorique peut se révéler nocif pour la santé et avoir des conséquences sur celle-ci. Attardons-nous donc à pointer du doigt à quel niveau l’acide phosphorique pose des problèmes.


 
TPE-6.JPG


A) Au niveau Dentaire

    La forte teneur en sucre du Cola-Cola offre un mélange sucre-acide particulièrement favorable au développement de la carie dentaire. Il faut également savoir qu’il est utilisé par les dentistes comme « ciment dentaire », essentiellement pour boucher des cavités. Ce qui expliquerait que l’on grince facilement des dents après avoir bu du Coca-Cola. De plus, l’effet qu’a l’acide sur l’émail provoque des érosions dentaires.


B) Au niveau Rénal

    Une étude menée par des chercheurs américains sur 500 personnes qui souffraient d’insuffisance rénale et après observation de leur régime alimentaire a établi qu’à partir de deux verres de Coca-Cola par jour, le risque d’insuffisance rénale sur un individu est multiplié par deux. En revanche, aucune association n’a été trouvée avec les autres sodas concurrents qui utilisent essentiellement de l’acide citrique ; ce qui renforce la suspicion à l’encontre de l’acide phosphorique.
    On remarque également que la consommation de Coca-Cola en grande quantité favorise la formation de calculs rénaux dans l’organisme. Qu’est-ce qu’un calcul rénal ?  Un calcul rénal résulte de la formation de cristaux de sels et de minéraux dans l’urine. En adhérant les uns aux autres, ces cristaux peuvent form
er, dans les reins ou dans les voies urinaires, une « pierre » d’une grosseur allant de la taille d’un grain de sable à celle d’une balle de golf. Lorsqu’un calcul a une taille trop importante, il peut encombrer les voies urinaires et causer une « crise de colique néphrétique ».


 
TPE-7.JPG



    Les autres principaux problèmes liés à la consommation massive de Coca-Cola est le ralentissement de la digestion, la favorisation de maladies osseuses comme l’ostéoporose chez les buveurs réguliers et de longue date et enfin l’acide phosphorique a une action de freinage sur l’assimilation du calcium sur les os, il peut donc présenter un effet nocif pour les enfants en pleine croissance.
    La législation autorise une teneur maximale de 0,60g/L d’acide phosphorique. Certes, ce produit peut s’avérer nocif à dose importante, mais si la consommation reste raisonnable, celui-ci ne peut pas nous causer préjudice. Rappelons que si la consommation du Coca-Cola est conseillée lors d’événements festifs, elle ne doit pas devenir une habitude quotidienne.Tout est donc une question de mesure.







L’Aspartame

 
TPE-8.JPG



L'aspartame est un édulcorant de synthèse, c'est à dire une substance d'origine végétale ou chimique qui procure une saveur douce à un aliment. Il est faible en calories et possède un pouvoir sucrant égale a 180 (sachant que le pouvoir sucrant de référence est celui du saccharose qui est égale a 1 ). Il suffit donc de très petites quantités. pour produire un goût suffisamment sucré. L'aspartame est désigné dans l'union européenne par le code E951. Il est composé par deux acides aminés (la phénylalanine et l'acide aspartique). L'aspartame fut découvert en 1965 par J. Schlatter par hasard lors d'une recherche sur la synthese.des hormones. Il a été mis sur le marché pour la première fois aux Etats-Unis en 1974. Il est utilisé dans plus de 5000 produits de la vie courante : on peut en trouver dans des yaourts, gâteaux, gommes à mâcher,  confitures, céréales et également dans les boissons sucrées... 


aspartame1.jpg


L'aspartame est très utile à de nombreuses entreprises d'agro-alimentaire car cela leur permet de mettre en vente des produits dits « sans sucres », ce qui attire les clients faisant la chasse aux calories. Cependant, les dangers de l'aspartame sont connus depuis longtemps mais passés sous silence. En 1980, G.D. Searle & Company soumet à la FDA (Food and Drug Administration) une expérience de toxicologie de l'aspartame réalisé sur 196 animaux. Le résultat de cette expérience est que 96 sont morts de tumeurs au cerveau.

 TPE-9.JPG

Une fois ingéré, l'aspartame se dégrade en méthanol (10%), en acide aspartique (40%) et en phénylalanine (50 %). L'acide aspartique n'a aucun effet particulier sur l'organisme. La phénylalanine peut causer de graves problèmes chez la femme enceinte et le foetus lorsque le niveau dans le sang est trop important. Le méthanol est un alcool extrêmement dangereux a dose importante. Il est dégradé en formaldéhyde, un composé organique que l'on trouve dans la fumée des feux de forets, des cigarettes et des rejets polluants des automobiles.


 TPE-10.JPG



L'aspartame est de saveur sucrée, c'est pourquoi il trompe le cerveau. Les papilles fongiformes situées au bout de la langue sensées reconnaître le goût de sucre n’arrive pas à évaluer le pouvoir sucrant de l'aspartame. Un message est envoyé au foie pour qu'il se prépare à recevoir du glucose alors qu'il n'en recevra pas. L'aspartame a un effet placebo sur le cerveau.


TPE-11.JPG

 
L'aspartame doit donc être consommés avec modération. Bien qu'on le trouve essentiellement dans le Coca Cola Light, il est également présent en très faible quantité dans le Coca Cola « Classique » car le goût sucré est apporté par le saccharose.

 

                               La Caféine



Cafeine.JPG


La caféine a été découverte en 1819 par Friedrich Ferdinand Runge et Von Giese. Elle était anciennement appelée guaranine. La caféine est une substance naturellement présente dans certaines plantes : café, cacao ou encore le thé. On en trouve évidemment dans le Coca Cola dans des quantités moindres mais non négligeables (cf. tableau). la caféine de formule chimique C8H10N4O2 est une molécule de la famille des méthylxanthines. dans sa forme brute elle se présente sous la forme d’une poudre blanche très amère. Elle est peu soluble dans l’eau et de pH plutôt basique.


Boisson               Quantité               Quantité de caféine

Café                       1 tasse                     100- 150 mg
Café décaféiné     1 tasse                     1 - 5 mg
Thé                         1 tasse                     60 - 70 mg
Coca-Cola             1 canette (33 cl)      40 - 50 mg



La caféine est essentiellement connue pour ses propriétés éveillantes qui se manifestent par un blocage des récepteurs de l'adénosine, neurotransmetteur inhibiteur. Elle est utilisée comme aromatisant et excitant.
En faible quantité, elle à plusieurs actions sur l'organisme : elle diminue la sensation de fatigue en combattant la somnolence, augmente le rythme cardiaque ainsi que le rythme respiratoire. Les dangers que peut provoquer la caféine sont toujours provoqués par une absorption en grande quantité : tachycardie, augmentation de la pression artérielle, arythmie, nausées et vomissement, maux de tête


Tolérance et dépendance


Après 4 à 5 jours de consommation quotidienne, une tolérance aux effets stimulants de la caféine peut apparaître. Une dépendance et un syndrome de sevrage peuvent alors apparaître en cas d'arrêt brutal de la consommation. Les signes de sevrage telles que l’irritabilité, la somnolence peuvent persister pendant les 18 à 24 heures suivant la dernière prise. Chez un grand nombre de sujets une dose de caféine au delà de 1000 mg en prise unique peut provoquer des signes d'intoxication aiguë avec une insomnie majeure, un état confusion net, une dyspnée et une arythmie cardiaque. Une administration de caféine dépassant 5000 mg peut être mortelle.



Cafeine-copie-2.JPG


Pharmacocinétique


La caféine est absorbée par le tube digestif très rapidement et complètement et parvient au cerveau dès la 5eme minute après son ingestion. Sa demi-vie est de 4 à 6 heures. Diminuée chez le fumeur (3 H 1/2), elle est accrue dans les affections hépatiques et en cas d'utilisation des contraceptifs oraux.



Effets sur le sommeil


L'ingestion de caféine 30 à 60 minutes avant le coucher allonge la latence d'endormissement, raccourcit le temps de sommeil total et donne une mauvaise impression sur la qualité du sommeil. Elle est également responsable d'une augmentation de la durée du stade 2 du sommeil et d'une diminution de celle des stades 3 et 4. La durée du sommeil paradoxal est normale ou allongée. Le nombre des réveils spontanés à partir du stade 2 est accru. L'intensité et la durée de ces effets varient selon les sujets, en fonction de leur capacité d'élimination plus ou moins rapide de la caféine. Chez les buveurs chroniques de café, les perturbations du sommeil peuvent disparaître avec le temps. Tout de même, au delà de 500 mg/j de caféine, les sujets doivent être incités à réduire ou à arrêter leur consommation.



Cafeine-copie-1.JPG

Commenter cet article